Petite chronique de théâtre parisien : à voir en ce moment sur les planches

Hasard du calendrier ou des thématiques, je suis allée voir récemment deux pièces de théâtre en lien avec la communauté juive. Une des pièce est écrite par une auteur juive, Irène Némirovski, morte à Auschwitz et l’autre, narre les dernières heures d’une vieille femme juive, qui va elle périr dans le train la menant au même camp de la mort.

 

Le théâtre de la Huchette est niché dans la rue du même nom au milieu des restaurants touristiques dans le quartier Saint Michel. Ce théâtre est célèbre à Paris car il fait jouer sans interruption depuis 50 ans les deux pièces de Eugène Ionesco : La Cantatrice Chauve et La Leçon.

Mais ce soir là ce n’est pas pour voir du Ionesco que je me suis rendue au théâtre de la Huchette, mais pour découvrir Le Bal d’Irène Némirovski adapté et mise en scène par Virginie Lemoine.

Pendant quatre ans, Virginie Lemoine a élaboré ce projet autour du roman d’Irène Némirovski.

Le Bal raconte l’histoire d’Antoinette Kampf dont les parents sont plus préoccupés par leur nouveau statut social que par leur fille.

Monsieur et Madame Kampf, récemment enrichis décident de concrétiser leur fulgurante ascension en conviant le Tout-Paris à un bal dantesque. Non convié au bal, Antoinette, leur fille de 14 ans, trouve les moyens de se venger, et déclenche un drame familial qui révèlera le vrai visage de chacun.

Je dois avouer que cette pièce est un petit bijoux d’écriture et que les acteurs la servent de façon magistrale. On rit de leurs malheurs, mais on s’indigne aussi de leurs réactions. Les mots sont incisifs, mais ils relatent avec justesse les maux d’une enfant mal aimée par ses parents.

Petit plus : Chose très appréciable, à la fin de la pièce, Virginie Lemoine elle même, ou un des acteurs de la pièce, vient raconter au spectateur la vie d’Irène Némirovski et la genèse de l’adaptation de cette oeuvre sur les planches du théâtre de la Huchette.

Le Bal d’Irène Némirovski

Avec Lucie Barret, Brigitte Faure, Serge Noël, Françoise Miquelis et Michel Tavernier

Le lundi à 19h00, sauf le lundi 18 mars 2013 (relâche)

Tarif unique : 25 euros Jeunes moins de 26 ans : 10 euros Étudiants : 16 euros Collectivité : 20 euros

Théâtre de la Huchette / 23 rue de la Huchette 75005 Paris

Paris, le 12 décembre 1942. Ita L. née Goldfeld a une heure pour choisir : fuir ou attendre… D’Odessa à la rue du Petit Musc, elle a déjà vu tant de choses. « On est en sécurité en France » il disait Salomon… D’après une histoire vraie, cette pièce nous emmène dans le voyage de toute une vie avec l’amour, la force de résister au malheur et la confiance en l’avenir pour bagages. Ita, femme ordinaire, va-t-elle poursuivre son chemin ? Une heure, rien qu’une heure, pour en décider…

Hélène Vincent, césar de la meilleure actrice pour un second rôle pour La Vie est Un Long Fleuve Tranquille en 1989, nous tient en halène pendant cette heure d’hésitation, de rêve, de joie et de tristesse. Il fallait bien une grande actrice pour nous faire pénétrer les pensées de cette femme aux portes de la mort.

Ita L. née Goldfeld, une pièce d’Eric Zanettacci Mise en scène Julie Lopes Curval

Avec Hélène Vincent

A partir du 5/02/2013 60 représentations exceptionnelles / du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 15h

Places à 25 euros

Théâtre du Petit Saint-Martin / 17 rue René Boulanger 75010 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 réflexions au sujet de « Petite chronique de théâtre parisien : à voir en ce moment sur les planches »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *