Petite sélection spectacles de février

Comme tous les ans, février est riche en événements : vendredi 13, Saint-Valentin, les vacances scolaires, les Césars, le salon de l’agriculture…

Et pendant ce temps,  l’article sur les spectacles n’avance pas vite. Bon promis, je vais me rattraper pour le mois de mars. Allez, assez perdu de temps comme ça. En route pour de nouvelles aventures théâtrales et musicales.

_

Elisabeth Buffet en tournée

Je suis très contente d’avoir pu voir sur scène cette artiste que je trouve vraiment géniale.

Je l’ai découvert comme beaucoup d’entre vous par le biais de la télévision. Elle m’a fait rire. Je m’étais promis d’aller la voir. Puis le temps a passé, et j’ai vu d’autres spectacles tout aussi drôles. Courant janvier en lisant mes mails, je reçois une invitation pour aller voir le spectacle d’ Elisabeth Buffet, j’étais on ne peut plus ravie…

L’histoire : 

L’humoriste nous transporte dans une boite de nuit pour nous y raconter les joies et les peines de son célibat.

Nous sommes là pour partager les questionnements et élucubrations de cette éternelle célibataire, qui vieillit mais ne grandit pas… Ce spectacle se veut à la fois véritable show, puisque Elisabeth Buffet a pour principal élément de décor une barre de Pole Dance (excellent moment).

Entre deux acrobaties et cabrioles, elle se livre, nous ouvre son coeur : pas facile de trouver chaussure à son pied, ni d’abandonner ses vielles habitudes de « célibattante » quand on rencontre l’âme soeur. De compagnon d’une nuit à prince charmant d’une vie, que recherche t’elle vraiment ?

Une chose est sûre, le besoin d’une épaule masculine est bien présent et Elisabeth, prête à tout !!

L’avis de Cathy :

J’ai failli m’étouffer tellement j’ai ri. Cette femme est extrêmement drôle. Mais je le recommande quand même pour oreilles averties. Bon c’est soft, il n’y a rien de dérangeant, mais elle ne fait pas dans la dentelle. Je préfère le préciser au cas où. Ses tirades sont à pleurer de rire. Cette ancienne directrice de marketing est mise en scène par Jarry : un humoriste qu’on aime bien à Mademoiselle Bon Plan. Je vous le recommande. Vous allez passer une très bonne soirée.

Pour connaitre les dates de l’artiste en tournée, voici le lien de son site officiel. 

_

 Le bouffon du Président

Lorsque j’ai su que j’allais voir cette pièce, j’étais contente. J’avais vu l’affiche dans le métro et surtout j’avais remarqué la présence de Cécile de Ménibus  que  j’apprécie beaucoup. J’ignorais qu’elle faisait du théâtre. Donc vous pensez bien que c’était hors de question de rater une occasion pareille.

L’histoire : 

Imaginons un ancien président de la république tenté de revenir au premier plan. Une situation totalement invraisemblable, que l’on ne voit qu’au théâtre évidemment…. François Nicoly veut se venger d’un humoriste dont il a toujours été la tête de turc… imaginez ce que cela peut donner !

Un affrontement acharné, cinq personnages explosifs, des dialogues percutants… Qui rira le dernier ? Nous bien sur !! Cette comédie de Olivier Lejeune, propose une vraie réflexion sur la liberté d’expression. Sujet on ne peut plus d’actualité.

L’avis de Cathy :

J’ai retrouvé en cette pièce, le Olivier Lejeune des années 70. C’est à dire celui qui faisait  parler les hommes politiques en parodiant les chansons du moment avec son complice Patrick. Croyez-moi en ces temps qui courent, cela fait du bien de rire !!! J’ai passé un très bon moment divertissant.

Le petit plus :

Ce soir là, j’y suis allée avec une amie comédienne qui connait un ami en commun avec… Olivier Lejeune. Oui, bon et alors, me direz-vous !!! Eh bien, après le spectacle, nous avons décidé toutes les deux de prendre un verre. Qui voyons-nous arriver ? Olivier Lejeune et Franck de Lapersonne, en personne (oui je sais, elle est facile celle-là).

Lorsque je leur ai dit à tous les deux, qu’il y aurait bientôt un article de la pièce sur le blog, ils étaient ravis.  Alors messieurs si vous me lisez, merci pour ce que vous faites, longue vie à votre spectacle, et à bientôt j’espère ici ou ailleurs.

Durée : 1h40
jusqu’au 26 avril 2015
séances : du mercredi au dimanche de 16h30 – 20h00 selon les jours
plein tarif : de 15 à 49 €, tarif réduit : à partir de 11 €, sur le site BilletRéduc
Théâtre des Variétés, 7 boulevard de Montmartre, 75002 Paris

_

J’habite chez ma cousine

Je vais aller voir cette pièce quand l’article sera paru. Mais je reviendrai vous donner mon avis avec une petite surprise de la part de la comédienne Christelle Furet.

L’histoire :

Celle de deux cousines. Guylaine  qui s’est construit un personnage en oubliant ses origines. Elle s’impose un régime de vie sans saveur et s’essaie à la méditation… mais a du mal à rester zen !

Son manque de naturel la rend pessimiste et un peu psychorigide, ce qui complique ses relations amoureuses. Janine qui a un petit rituel de Saint Valentin infaillible pour trouver un homme, des petites astuces pour s’habiller et se coiffer comme une parisienne quand on arrive de province.

Elle est pleine de joie de vivre, elle est très nature et maladroite. Pour elle, il suffit de vouloir pour pouvoir. Quand elles se retrouvent après dix ans c’est le choc ! Il leur faudra mettre pas mal d’eau dans leur vin … (ou bien le contraire) pour arriver à se retrouver.

L’avis de Cathy :

Sur scène, les deux cousines parlent des hommes, de la famille, de boulot, de régime bio, de leurs rêves et de leurs envies… bref de la vie d’aujourd’hui ! Une jolie histoire à la fois touchante et caricaturale, une comédie un peu déjantée qui ne demande qu’à être dégustée avec fous rires.

Durée : 1h20
jusqu’au 14 mai 2015
séances : le jeudi à 21h30
plein tarif : de 15 à 22 €, tarif réduit : à partir de 8 €, sur le site BilletRéduc
Laurette Théâtre, 36 rue Bichat, 75010 Paris

_

Jumeau, jumelle

Je suis partie au théâtre sans savoir à quoi m’attendre vu le résumé de la pièce. Je vous transmets exactement celui qui m’a été donné. Eh bien, ce fut une bonne découverte, et je tenais vraiment à vous en parler.

L’histoire :

Emmanuelle a fui à l’autre bout du monde son frère jumeau David et sa passion destructrice.

L’avis de Cathy :

J’ai beaucoup aimé cette pièce. D’abord, parce qu’elle est bien jouée, et ensuite, parce que le sujet est bien traité. Tour à tour drôle et tendre sans jamais tomber dans le cliché ni dans le malsain.

Durée : 1h00
du 04 mars au 29 avril 2015
séances : 15h30 , 20h30 selon les jours
plein tarif : 20 €, tarif réduit : à partir de 10 €, sur le site BilletRéduc
A l’Aire Falguière Théâtre, 55 rue de la procession, 75015 Paris

_

Anna Christie : coeurs perdus en mer…

Le Théâtre de l’atelier nous offre une sortie en mer, dans l’univers de la jeune Anna Christie, de l’écrivain Eugène O’Neill. Théâtre de l’obscur, où les passions s’animent, O’Neill fait ressurgir son lourd passé de marin, et d’alcoolique notoire, dans cette oeuvre pessimiste.

Oui , mais c’est dans la noirceur que l’humain se dévoile et sous nos yeux, des acteurs formidables, Mélanie Thierry, Stanley Weber, Charlotte Maury-Sentier, avec une mention spéciale pour Féodor Atkin.

Son interprétation du marin Chris Christopherson, empreinte de fragilité, oscille entre désir de liberté et culpabilité, et arbore une présence scénique exemplaire malgré l’incarnation de cette âme effacée et affectée.

Mélanie Thierry (mémorable Princesse de Montpensier) est Anna, une jeune femme fragile au passé trouble et difficile, de retour aux Etats-Unis, où elle souhaite revoir son père, un vieux marin alcoolique qui l’a abandonnée 15 ans plus tôt.

Il la convainc de rester près de lui, sur son rafiot, et de goûter aux joies  simples de la vie en mer. C’est là, qu’elle aspire à jouir d’une nouvelle existence et rencontre un jeune matelot, Burke, qui va immédiatement tomber sous son charme.

La pièce commence dans un bar crasseux. Les personnages y traînent leurs vieux bagages, quelques fautes commises, jamais vraiment assumées. Ici, on sent la honte et le désespoir, Anna créature sauvage et  hésitante, trahit par son allure et son langage, un passé dont elle a du mal à se débarrasser.

Son vieux père, lui n’y prête guère attention, et souhaite avant tout, réparer son erreur, accueillir cette enfant esseulée, qu’il a abandonnée avant de reprendre la mer.

La mer, ce personnage inconstant qui se fait le miroir de personnages qui tentent de sortir du creux de la vague. La mer, toile de fond ô combien symbolique, parfaitement mise en scène par Jean-Louis Martinelli. Elle est présente, on la sent, elle s’impose comme espace de révélation, d’impulsion ou encore de régression.

Le metteur en scène fait habilement ressortir le mal-être de ses personnages, en les intégrant dans cette brume opaque, qui semble impossible à dissiper. Ils s’aiment, se souviennent ou se déchirent dans cet espace clos, ce bateau prêt à plier  en mer.

Anna Christie, comme son père, tente par la mer de se purifier, d’absoudre ses péchés. De se laver de son passé de prostituée. Effacer les nombreux amants, laver ce corps meurtri par la honte. Comme la mer, elle veut sa liberté, comme la mer, elle veut son indépendance. C’est la mer qui lui a retiré son enfance, mais aussi, c’est parmi les flots qu’elle renoue avec un avenir possible.

C’est enfin par elle, que son passé et son avenir se rejoignent. Anna Christie ou le récit d’êtres qui se cherchent … Une quête captivante bien qu’angoissante…

Durée : 1h40
jusqu’au 26 avril 2015
séances : du mardi au samedi 21h, samedi 16h30, dimanche 15H30
Tarif réduit : DU MARDI AU JEUDI 26,10 € (frais inclus) en 1ère catégorie (jusqu’au 5 mars et selon disponibilités)
 Théâtre de l’Atelier, 1 place Charles Dullin, 75018 Paris

_

L’Elixir d’amour : je t’aime, moi non plus…

On ne présente plus le prolifique écrivain  Eric-Emmanuel Schmitt , dont l’œuvre épistolaire « L’Elixir d’amour » est adaptée aujourd’hui sur scène.

Des pages blanches aux planches du théâtre Rive gauche, le metteur en scène Steve Suissa donne vie à la ferveur de ces lettres qui reposent sur une question majeure : Qu’est ce qui est à l’origine de l’amour ? Existe-t-il un élixir d’amour qui donne naissance au désir ?

Dans un chassé-croisé amoureux délectable, Louise et Adam, récemment séparés, vont tenter de persuader l’autre qu’il existe une recette à l’amour. Lui, psychanalyste à Paris, elle, avocate à Montréal, s’envoient des mails, joute verbale sous forme de manipulation ( Les Liaisons Dangereuses ne sont jamais très loin).

Le jeu de l’amour, avec ses provocations, ses devises, ses anecdotes, ses expériences. Le cœur épanoui de l’un provoquant une égratignure chez l’autre. Ca frappe où ça fait mal pour éveiller les consciences.

Ils se sont aimés, et ne comprennent pas pourquoi les sentiments ne sont plus. Lui, s’enlise dans un machisme risible, qui renforce l’indignation de Louise. Il joue la carte de la jalousie, et s’exprime en héros conquérant ne pouvant résister aux charmes du sexe opposé.

Elle, joue la femme d’affaire intouchable, réaliste, et beaucoup plus forte qu’il ne semble le croire. Eric-Emmanuel Schmitt, grand écrivain, laisse ses propres mots jaillir, et s’improvise acteur, le verbe et le corps s’associant agréablement, au son de douces mélodies qui ressuscitent l’extase des premiers émois.

Donizetti et son opéra «  L’elisir d’amore », vient bercer les mots de l’auteur, et donne à ce combat, une note de nostalgie, de sensibilité. Marie-Claude Pietragalla, novice sur les planches, charme et renvoie plutôt bien la balle. La danseuse n’est jamais loin…La violence des mots, laisse une place à la grâce du corps.

Dans une émouvante évocation du passé, le verbe et la musique ( l’opéra Tristan et Yseut) font mouvoir le corps. Tous les sens sont sollicités. Après tout n’est ce pas ça l’amour ? L’élixir se trouve dans le passé, les souvenirs, les odeurs, et les gestes…

Séparés dans une mise en scène inventive, ils sont unis par la souffrance, le manque, le désir conscient ou non d’être à nouveau ensemble. On s’interroge sur nos propres existences, sur les raisons qui nous font nous  aimer, nous séparer, nous détester…

Il existe différents types d’élixirs, un ensemble d’ingrédients que chacun se fabrique. Il n’y a pas de recettes à l’amour, mais nos deux comédiens d’un jour, s’efforcent d’en éclaircir les mystères.

Beau couple sur scène, leur complicité vaut à elle seule le détour. C’est une heureuse rencontre, celle de deux artistes.  Les mots de l’un au service de la voix et du corps de l’autre.

Durée : 1h40
jusqu’au 15 mars 2015
40 représentations à 19h ( consulter le calendrier sur le site du Théâtre Rive Gauche)
Bon Plan! OFFRES EXCLUSIVES « VACANCES D’HIVER », à partir de 22€ par place (2ème. catégorie – frais de réservation inclus), sur toutes les représentations jusqu’au 07/03/15 (sauf le samedis)

 Théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaîté, 75014 Paris

article écrit par Cathy et Julie Brando
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « Petite sélection spectacles de février »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *